Bombardements du 6 septembre 1943

" Objectif Strasbourg " par Richard SEILER aux éditions de la Nuée Bleue
Un exceptionnel ouvrage qui reprend tous les témoignages et détaille tous les faits des bombardement anglo-américains sur Strasbourg en 1943 et 1944.
Il fait une grande place aux bombardements sur Neudorf du 6 septembre 1943 et commémore ainsi les 70 ans de ce drame qui fit des centaines de morts dans notre quartier.
" Objectif Strasbourg" a été présenté à la CUS  le 6 septembre 2013.

La librairie Ehrengarth en partenariat avec la médiathèque de Neudorf, vous a proposé une conférence de l'auteur suivie d'une rencontre dédicace mardi 17 septembre à la médiathèque de Neudorf.objectif-strasbourg.jpg

lpe3.jpg

lpe1.jpg

lpe2.jpg

Dans les DNA du 31 août 2013

Le WebMag' 7 septembre 2013

Il y a 70 ans, le 6 septembre 1943, 574 bombes alliées tombent dans les parages de la ligne de chemin de fer Strasbourg-Kehl et détruisent une partie de Neudorf.

Ce vendredi 6 septembre, à 17 h, 70 ans jour pour jour après le bombardement du 6 septembre 1943, une plaque portant le nombre actualisé des victimes du quartier de Neudorf a été dévoilée par le maire de Strasbourg Roland Ries sur le bâtiment du théâtre Scala (qui servit de chapelle ardente lors des événements).


objectif-strasbourg.jpgLe livre de Richard Seiler "Objectif Strasbourg" relate en détail ces évènements de septembre 1943 qui ont touché Strasbourg

Ce livre sort aujourd’hui, soixante-dix ans après. C’était sans doute le temps nécessaire pour pouvoir enfin en parler librement. Car, longtemps, ce sujet ne fut pas abordé. Parce qu’il y avait d’autres drames à gérer, plus terribles encore, comme l’incorporation de force ou la déportation. Et que ce drame-ci n’était pas l’œuvre des ennemis nazis, mais des amis américains. Pourtant, les dégâts des six bombardements qui ont frappé la ville entre le 6 septembre 1943 et le 25 septembre 1944 par l’aviation US furent terribles.

D’abord, d’un point de vue matériel. 20 % de la métropole alsacienne ont été détruits. 5797 bombes ont touché 13 982 maisons ou immeubles, dont 1524 n’étaient plus que des ruines. La cathédrale a souffert sur l’arrière, au niveau de tour Klotz ; à quelques mètres près, la flèche aurait été atteinte, et l’événement aurait alors pris une tout autre ampleur…

Ensuite, surtout, d’un point de vue humain. Avec l’aide du service de l’état civil de Strasbourg, Richard Seiler lève l’incertitude sur le nombre total des victimes : il y en eut précisément 1035 (en comptant les deux de 1940).

Cet hommage rendu aux victimes n’est pas la seule nouveauté apportée par cet ouvrage. Illustré par une centaine de photos d’époque, il se distingue aussi par l’apport de témoignages et des archives américaines. Même si, le 11 août et le 25 septembre 44 (567 morts ce jour-là), les bombes ont touché le centre historique, même si elles n’ont pas su distinguer les cibles de leur voisinage immédiat, l’auteur l’assure : « Il n’y a pas eu d’erreurs : les Américains visaient bien des objectifs sur Strasbourg. Et ils n’étaient pas, comme on l’a dit, moins précis que les Anglais. » La capitale alsacienne était considérée comme cible ‘‘occasionnelle’’ en raison de sa gare et de son activité ferroviaire, des usines de moteurs d’avion de la Meinau ou encore des réservoirs de pétrole.

voir sur le WebMag'